Lo Matsòn 2016

 

Un marché en plein air, le premier dimanche de septembre au centre de Courmayeur : l’air frais des produits frais et de visages frais. Réseau social avant même que le terme ait été inventé. « Lo Matsòn » est un marché paysan où l’on cultive des relations.
Les meilleures spécialités de la Vallée d’Aoste arrivent au centre ville de Courmayeur. À cinq heures du matin, les artisans exposent sur leurs étals le fruit de leur travail : les produits frais de la journée ou ceux qui ont demandé un an de travail acharné et donc encore plus précieux. « Cultiver » des relations, parce qu’un marché est principalement fait d’histoires. Et au marché de Courmayeur il y en a beaucoup. Il y a l’histoire de la famille qui fait des fromages, depuis des générations, car c’est ce qu’elle fait le mieux. Il y a l’histoire de l’employé qui a changé sa vie pour se consacrer au foraging (la collecte de fruits et des plantes sauvages comestibles). Il y a aussi l’histoire de celui qui a quitté la ville et a réalisé son rêve, ou encore l’histoire de celui qui n’est jamais parti.
Courageux, honnêtes, grincheux ou gentils, bavards ou un peu maladroits. Celui qui parle avec les abeilles, parce que de cette manière le miel est meilleur ; celui qui fait le fromage la nuit ; celui qui caresse les plantes de génépi et celui qui cultive le safran. Pourquoi ? Ils vont vous le raconter eux-mêmes, ils ont hâte de le faire !
« Lo Matsòn » en patois signifie « le goûter » qui est le moment de la journée consacré à l’alimentation. Le plus ancien et en même temps le plus moderne des réseaux sociaux : une table dressée avec des bonnes choses à manger et à partager avec ceux qui savent les apprécier ? Une nourriture de qualité et la convivialité sont à la base de cette tradition qui se perd dans le temps et dans les vallées. Aujourd’hui, c’est en fait la manière la plus simple, écologique et moderne de concevoir la nourriture : non seulement comme nutrition, mais aussi matière qui nous relie avec nous-mêmes et avec les autres. Lo Matsòn, le goûter, est le moment de la journée où l’on s’arrête et on prend son temps. Une tradition encore vivante aujourd’hui parmi les montagnards, qui après une longue journée de travail, fortifient leur corps et leur esprit avec un morceau de fromage, quelques tranches de mocetta , un bon verre de vin, une tarte à la confiture de framboises. Un moment important d’échange et de convivialité, qui a lieu dans les maisons de la Vallée d’Aoste. Lo Matsòn naît spontanément, lorsque la journée de travail se conclue avec l’ouverture d’une bouteille de vin. Il est interdit de se lever avant que la bouteille de vin soit terminée, ou avant que toutes les personnes présentes aient fait goûter leur propre fromage ou leur charcuterie artisanale. Les produits de la terre doivent être partagés. Le partage est un mot qui fait partie du travail de ces personnes.
Lo Matsòn raconte la ville de Courmayeur et sa vallée avec une histoire annuelle, car c’est le point culminant de laborieuses saisons de montagne. Par exemple, au printemps, les fleurs de pommier reinette colorent la vallée. Durant l’été, les pommes deviennent dures, la pulpe très fine est très parfumée et la peau prend la couleur de la rouille. Fin Août, arrive le moment de la récolte : l’une après l’autre, les pommes sont doucement empoignées et détachées avec un mouvement rotatoire délicat, puis elles sont déposées avec amour dans des cageots où elles continueront leur séjour hivernal. Septembre est le mois de leur entrée sur scène : prêtes et juteuses pour devenir les reines des gâteaux, des confitures, des beignets.
Viennent ensuite les fromages, lorsque les troupeaux se préparent à rentrer des alpages, les fromagers ont déjà travaillé pendant tout l’été. En effet, ils ont transformé le lait dans les cabanes de bergers en des fromages parfumés d’épices et d’arômes de la montagne. A l’intérieur de chaque tranche de tome et de fromage fontina, on peut trouver tous les efforts, la beauté et l’habileté de ceux qui ont passé l’été dans les alpages. Il faut se lever de bonne heure, à 3 heures, car c’est le moment de la première traite de la journée. Alors que les troupeaux de vaches sont menés au pâturage, le fromager travaille. L’après-midi la deuxième traite et d’autres opérations sont planifiées. Une routine quotidienne, qui scande le rythme des journées d’été et se retrouve dans ce miracle culinaire qui porte le nom de « fromage d’alpage » et qui en septembre se retrouve sur les étals de « Lo Matsòn ». Et que dire des légumes ? Le potager de montagne a son propre rythme saisonnier parce que le climat et l’altitude raccourcissent l’été. Et ça nous donne une gamme de produits tardifs qui sont prêts à être mangés en septembre. Et le même mois, il y a air de vendange : la récolte des grappes est difficile et fatigante. Les vignobles autour de Courmayeur sont ordonnés et pentus. Ils ne sont pas seulement rangés en ligne. Les vignobles sont la preuve de la ténacité de l’homme, du désir profond de prendre soin de la terre et d’en partager les fruits. Aimer, protéger, être les gardiens de cette portion de montagne. Prendre de la force et de la sécurité dans la diversité. Il faut beaucoup de temps, de travail et de soin pour cultiver ces produits et les nouvelles relations.
À sa création, il y a seize ans, Lo Matsòn a été le premier marché des produits agricoles de la Vallée d’Aoste. Dans l’espace d’une promenade, on peut trouver des produits et des producteurs, des saveurs et des savoirs. Les meilleurs délices de la Vallée sont prêts à se rencontrer. Tous les producteurs qui participe au marché résident tous dans la Vallée d’Aoste. De cette façon, il y a des articles qui sont produits de façon complète, comme le fromage, le vin, le miel, les légumes ou les plantes médicinales. Mais on trouve aussi les produits transformés à partir de matières premières non strictement locales, comme dans le cas du jambon, du chocolat ou de la pâtisserie. D’un côté le territoire, de l’autre l’homme et sa capacité à transformer les produits.
La chose la plus formidable de « Lo Matsòn » c’est la relation qu’il construit avec les gens qui cultivent ou qui produisent les aliments que l’on mange. Connaître les agriculteurs ou les éleveurs tout en faisant ses achats à leur étal pour construire une relation qui nous porte au cœur des entreprises agricoles ; cela nous enseigne une sorte de respect pour ce que l’on consomme et comment on le consomme. Cela montre la valeur réelle de celui qui le produit. La construction d’une relation avec celui qui s’occupe de nourriture consommée quotidiennement, ajoute une nouvelle dimension à notre façon de manger, et modifie la façon de concevoir la nourriture.
Ici en montagne on lutte, avec le climat et les pentes, avec les distances et les saisons. Et ici, en montagne, on rêve. Lorsque vous vous approchez de l’un des ces étals, vous pouvez respirer un fromage ou goûter un boudin, caresser une pomme reinette croquante. Et voici, à ce moment-là que la nourriture cesse d’être une simple marchandise : elle devient un fil, une communauté, une relation faite de confiance et de compréhension.
Lo Matsòn est également participation, parce que tout comme le producteur, l’acheteur se sent protagoniste de ces histoires, pour choisir, déguster, découvrir et acheter. Les curieux, les experts, les amants des premiers arrivages, les personnes qui vont faire leur marché pour la première fois, les habitués qui savent déjà quoi prendre, ceux qui désirent seulement de se faire conquérir : tous ceux-là sont sûrs d’une chose. C’est dans le romantisme de ces étals un peu désordonnés qu’une nouvelle histoire commence. Une amitié, une relation, une alliance, une recette, un échange, un conseil ou un avis. Ce n’est pas seulement la capacité de choisir un bon produit. La nourriture et la cuisine sont également très liées. Une fois à la table, il sera agréable de parler de la saveur d’un fromage, en pensant au visage de celui qui l’a produit avec ses propres mains. Le respect de la douceur de ce morceau de lard en se rappelant l’histoire de son ancienne production dans les maisons de montagne, la personnalité du vin en pensant à la ténacité des vignerons de la Vallée.
Bienvenue sur ce moderne « marché-réseau social » ! Authentique et répandu. Là où il n’y a pas de barrières. Là où il y a du respect, du partage et des relations. Un endroit pour écouter des histoires authentiques de producteurs courageux et sincères, pour goûter des produits formidables et enfin acheter des expériences et laisser un signe de notre passage. Bienvenue à « Lo Matsòn » de Courmayeur !

Voir les photos de l’événement